Boissons

Consommation de Coca cola : des conséquences alarmantes !

coca-pic

Consommation de Coca cola : des conséquences alarmantes !

 

11 000 litres de Coca cola sont bus chaque seconde dans le monde, soit 350 milliards de litres par an. Bien sûr, si la consommation de Coca cola était anodine on en parlerait pas. Sauf que, les conséquences de cette consommation grandissante de sodas pourraient être une catastrophe planétaire, en terme de santé publique. Derrière son côté rafraîchissant et son goût inimitable, le Coca cache un tout autre visage : celui de l’obésité et de la maladie. Ou plutôt DES maladies, parce qu’elles sont nombreuses ! Aujourd’hui, nous partons à la découverte de ces autres visages pour tenter de comprendre les conséquences réelles de notre consommation de Coca cola sur notre santé.

 

 

Les dangers de la consommation de coca cola pour l’organisme 

coca-pic

 

Pour mieux comprendre les conséquences de la consommation de Coca sur la santé, voyons ce qu’il se passe réellement dans l’organisme suite à son ingestion :

 

Coca et sucre : une composition alarmante  

 

Une canette de 33 cl de coca contient 7 sucres. Comptez 42 sucres pour 2 litres de boisson. 7 sucres, c’est énorme. C’est 2,5 fois plus que ce que l’organisme devrait ingérer chaque jour, le tout dans une seule canette. Bien évidemment, cette consommation de sucre est un désastre pour le corps. Suite à l’ingestion de coca, la glycémie monte en flèche et le pancréas sécrète de l’insuline pour pouvoir prendre en charge cette charge importante de glucose et rétablir la glycémie à des valeurs normales. Merveilleux comme les choses sont bien faites. Sauf que, la consommation de Coca cola est souvent largement supérieure à 1 litre par jour et qu’elle a lieu tout au long de la journée et entre les repas. Résultat : les charges de sucre sont immenses et dépassent les capacités de l’organisme, la glycémie reste élevée et la production d’insuline est sur-stimulée en continu. A terme, une consommation excessive de Coca pourrait être responsable de la prise de poids et de l’obésité. Et de toutes les maladies associées.

 

Coca et hyperinsulinisme : une suite toute trouvée

 

Comme nous venons de le dire, la consommation de Coca cola a tendance à sur-stimuler la production d’insuline par le pancréas. C’est ce que l’on nomme l’hyperinsulinisme (pour plus d’informations rendez vous sur cet article). Il faut bien en faire quelque chose de tout ce sucre. Tout cela a donc une suite logique, le Coca ne se contente pas de rendre obèse. L’hyperinsulinisme conduit directement, et assez rapidement, à la résistance à l’insuline et au diabète de type 2. Qui dit diabète de type 2 dit aussi problèmes cardiovasculaires et pathologies rénales. Et risque accru de développer de nombreux cancers. Le plus alarmant ? Pour la première fois de l’Histoire, on commence à parler d’épidémie de diabète chez les enfants de moins de 12 ans. Et il y a fort à parier que l’addiction au Coca n’y est pas pour rien.

 

Consommation de coca et autres troubles

 

Le Coca est une boisson riche en phosphore. Jusque là ce n’est pas si mal, mais bien sûr ça ne s’arrête pas là. Les scientifiques se sont récemment aperçus qu’une consommation importante de Coca menait à une fuite concomitante de calcium via les urines. En passant par les reins, le calcium forme des calculs rénaux. En plus d’être extrêmement douloureux, les calculs rénaux pourraient être à l’origine de certaines pathologies rénales plus sérieuses : nécroses et autres insuffisances.

La perte de calcium impacte directement la densité minérale osseuse de l’organisme, induisant ostéoporose, risques plus élevés de fractures et ralentissement de la croissance chez l’enfant.

Ajoutons à cela que la caféine, à haute dose, peut provoquer des troubles cardiovasculaires, des troubles du sommeil ainsi que des troubles de l’humeur.

Le colorant « caramel » utilisé dans le Coca, on en parle ou pas ? Il fait partie des substances classées comme potentiellement cancérigènes. Il serait responsable de certains cancers : poumon, foie, système digestif et du sang notamment.

Il a aussi été démontré que les consommateurs réguliers de Coca avaient tendance à manger jusqu’à 30% plus, plus sucré et plus salé. Décidemment, il a tout pour plaire ce Coca cola.

 

coca-pic

 

Quand la maladie du soda fait des ravages

 

Assez récemment, les médecins et scientifiques ont découvert l’étendue jusqu’alors insoupçonnée de la NASH (non alcoolique stéatose hépatique) qu’ils ont baptisé « maladie du soda ». Etrange coïncidence, non ? En fait, ce nom n’est absolument pas le fruit du hasard. La maladie du soda, potentiellement mortelle soulignons le, toucherait 10% de la population. Incroyablement silencieuse, elle commence à faire des ravages après 40 ans et pourrait d’ici peu devenir la première cause de greffe du foie, loin devant l’hépatite. La stéatose non alcoolique, résulte de la saturation du foie qui n’arrive plus à éliminer le gras et le sucre ingérés, on parle alors de « foie gras ».

La maladie du soda se traduit par une inflammation des hépatocytes pouvant conduire à la fibrose, puis à la cirrhose, puis au cancer. Oui, la stéatose n’est que la première étape. Ça fait froid dans le dos. D’autant plus lorsqu’on sait que l’on s’auto-inflige cette maladie du soda en consommant trop de sodas (logique), de sucres raffinés et de graisses. A ce jour, il n’existe pas de traitement pour cette maladie qui ne répond qu’aux changements drastiques d’alimentation et d’hygiène de vie. Ça vaudrait peut-être le coup de prendre les devants.

 

Que penser de la consommation de Coca cola light ou de Coca zéro ?

 

coca-pic

 

En lisant les paragraphes précédents, vous vous êtes peut-être dit que la solution résidait dans les versions light et zéro du Coca-cola. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? La consommation de Coca light ou zéro a-t-elle des conséquences ?

Dans le Coca light et le Coca zéro, le sucre est remplacé par des édulcorants. Ce sont donc deux boissons quasiment acaloriques qui permettent de profiter du goût du Coca-cola, sans la charge de sucre qui va avec. Les débats sont encore très nombreux au sujet du « light » mais les études très largement insuffisantes. Dans le doute, on aurait tendance à s’abstenir ! Voici pourquoi :

 

Aspartame, acésulfamate K et cancers

L’utilisation des édulcorants dans le Coca sans sucre, serait en lien avec de très nombreux troubles de santé : maladies neurodégénératives, maladies inflammatoires chroniques, tumeurs, cancers, lymphomes, prise de poids, pathologies rénales, etc. Et même si l’industrie agro alimentaire met en avant les doses irréalistes qu’il faudrait consommer pour en arriver là, n’oublions pas de rester prudents et lucides.

 

Edulcorants et microbiote

L’ingestion répétée d’édulcorants pourrait venir influencer (en mal) l’équilibre de la flore bactérienne colique.  Or notre flore bactérienne intestinale est à la base de notre digestion, de notre immunité et même de notre stabilité émotionnelle.

 

Edulcorants et prise de poids

Plusieurs études fascinantes montrent que la consommation de Coca cola light ou zéro, et d’autres produits édulcorés ne serait pas un atout pour perdre du poids. En réalité, les sodas lights maintiennent l’addiction pour le goût sucré. Une forte consommation régulière de boissons light pourrait être responsable d’une alimentation plus sucrée en parallèle.

De plus, ces boissons trompent l’organisme qui reçoit une « fausse » charge de sucre mais pense devoir le prendre en charge. La production d’insuline est donc enclenchée mais le sucre absent, les métabolismes sont donc complètement déréglés. En comparaison, il serait beaucoup plus facile de perdre du poids en buvant de l’eau qu’en buvant du Coca zéro. Il doit bien y avoir quelque chose qui cloche…

 

En conclusion, la consommation de Coca cola grandissante à travers le monde représente une menace sérieuse pour la santé. En effet, on se laisse facilement duper par l’industrie agroalimentaire qui déborde de créativité et nous propose toujours de nouvelles solutions que l’on pense moins pires : Coca light, zéro, Coca life, etc. On en oublie souvent que nous sommes en train d’adopter des comportements alimentaires pas si anodins qu’ils n’y paraissent, que nous payerons plus tard et qui pourraient avoir bien plus d’impact qu’on ne le croit à l’heure actuelle. Buvez de l’eau, c’est moins risqué ! 

 

 

 

Vous aimeriez également
Le jus ultime : le jus d’herbe de blé
appareil-jus-photo
Quel appareil choisir pour faire des jus de légumes maison ?

Laissez un commentaire

Votre Commentaire*

Votre Nom*
Votre Site

7 Jus Detox Pour Perdre du Poids et S'Affiner

You have Successfully Subscribed!