Tout savoir sur les pouvoirs detox des fruits et des légumes

Les pouvoirs detox des fruits et légumes

 

Les végétaux sont les champions de la detox, tout d’abord parce qu’ils regorgent d’éléments détoxiquant, mais aussi parce qu’ils favorisent un bon équilibre acido-basique, à la base de toute bonne detox. Allons voir de plus près de quoi il s’agit réellement

Les fibres : nos nettoyeurs

 

Les fibres dits « insolubles » constituent le squelette, la charpente (peau, tige…) des végétaux. Les fibres dites « solubles » sont à la fois présentent dans ce même « squelette » et dans la pulpe (fruits), la chair, etc. Anticancer, antifringale, anticonstipation, anticholestérol, elles sont indispensables à notre santé et pour maitriser son poids. Les végétaux sont les seuls aliments renfermant des fibres.

Quels sont les végétaux les plus riches en fibres ?

  • Légumes secs (haricot sec, lentille, pois cassé…)
  • Céréales complètes, céréales de petit-déjeuner au son, enrichies en fibres ou muesli
  • Fruits séchés (figues, pruneau, raisin sec…) et oléagineux (amande, noisette…)
  • Agar-agar, konjac, psyllium
  • Légumes (artichaut, salsifis, cerfeuil, céleri, champignons, choux, haricot vert)
  • Fruits rouges et noirs (baies)

 

Les prébiotiques : de l’engrais pour notre flore intestinale

 

Ce sont des fibres particulières (on dit « fibres à effet prébiotiques ») qui servent de super-nourriture aux probiotiques et aux bactéries intestinales bénéfiques. Une sorte d’engrais à « bonne bactéries » si vous préférez. Or, notre flore intestinale est absolument cruciale pour notre santé, et joue un rôle évident et énorme dans notre detox quotidienne : c’est la toute dernière étape des aliments et des polluants avant la « sortie » (les selles), elle a donc la charge écrasante de décider ce qui reste en nous (minéraux, éléments bénéfiques) et ce qui doit absolument en sortir. Dans les études, ces fibres à effet prébiotiques :

  • Ont une aptitude bien réelle et démontrée à modifier la flore (dans le bon sens) ;
  • Font perdre réellement du poids (ce n’est donc pas que théorique). S’il y a perte de poids, il y a automatiquement détoxication (puisque les polluants sont dans notre stock de graisses) et il y a également tout un ensemble de paramètres biologiques qui s’améliorent : moins d’inflammations chroniques, une glycémie (taux de sucre sanguin) plus basse, un risque abaissé de maladie cardiaque, d’infarctus, de cancers, de dépression… La liste des bénéfices santé et psychologiques d’une detox associée à une perte de poids est interminable en fait ;
  • Sont bénéfiques sur l’immunité (soutien immunitaire) ;
  • Participent activement à la prévention du cancer du côlon ;
  • Favorisent l’absorption des minéraux, surtout le calcium et le magnésium ;
  • Aident à réduire la perte osseuse liée à l’âge et à l’inactivité.

 

ATTENTION : ne confondez pas les probiotiques (bactéries) avec les prébiotiques (fibres) !!

Quels sont les aliments detox les plus riches en fibres prébiotiques (principalement de l’inuline) ?

  • Ail
  • Cœur d’artichaut
  • Asperge
  • Banane
  • Chicorée
  • Oignon
  • Poireau
  • Salsifis
  • Topinambour

 

Les enzymes : nos démolisseurs et architectes de génie

 

Les enzymes sont des substances indispensables à la vie. En fait, grâce à elles, la vie est possible. Ouvrières infatigables, productrices d’énergie même, elles sont impliquées dans toutes les réactions métaboliques et chimiques de notre organisme, de la pensée à la reproduction en passant par la digestion : on les appelle des catalyseurs biologiques, c’est-à-dire qu’elles accélèrent les échanges et les réactions métaboliques de manière à les rendre viables. Sans elles, les matériaux comme les protéines, les os, les cellules seraient inertes et nous ne pourrions survivre ne serait-ce qu’une seule seconde. Un peu comme si nous disposions de tout le matériel nécessaire pour faire une voiture, mais sans ouvrier qualifié pour assembler les pièces, il serait alors impossible que l’auto roule.

Notre corps a donc un besoin vital d’enzymes. Il en fabrique une grande partie, ce sont les enzymes métaboliques.  Il en importe d’autres, ce sont les enzymes d’origine alimentaire. Parmi les 3 000 enzymes de notre corps, à l’origine de plus de 7 000 réactions enzymatiques, certaines sont dites « systémiques » : elle ne se cantonnent pas à une seule activité, par exemple digestive, mais ont plusieurs casquettes. Ainsi, la bromélaine de l’ananas aide à digérer, mais est aussi fortement anti-inflammatoires, donc diminue l’inflammation, l’enflure et la douleur en cas de rhumatismes ou de gros chocs, par exemple un accident de sport ou de voiture. Quant à la papaïne de la papaye, elle est employée depuis longtemps pour réduire la fièvre ou fluidifier le sang, y compris dans le cadre de médicaments administrés à l’hôpital.

La mangue, riche en enzymes

Manquer d’enzymes digestives, c’est à coup sûr mal digérer. Ainsi, quand on manque de lactase, on ne peut pas digérer le lactose du lait : on est intolérant aux produits laitiers. Quand on manque de fructose-l-phospate aldolase, on ne peut pas digérer le fructose, donc les fruits et le miel sont totalement interdits dans l’alimentation, sous peine de réactions grave. Par ailleurs, n’oublions pas que digérer, c’est rendre les nutriments des aliments exploitables. Mal digérer, c’est priver en partie l’organisme de ces nutriments auxquelles il a droit. Or, plus on avance en âge, moins le corps produit d’enzymes (jusqu’à 30 fois moins en fin de vie qu’au début), plus il doit donc en puiser dans les aliments. Car moins d’enzymes, en dehors de générer des troubles digestifs évidents (on digère moins bien les graisses, les protéines, les sucres, on ballonne, les aliments mal digérés fermentent etc.), c’est aussi l’assurance de moins bien éliminer les déchets, de laisser les graisses s’accumuler et se stocker (surpoids, élévation du taux de cholestérol), etc.

Présentes en grande quantité dans les végétaux crus ou très peu cuits (les enzymes sont détruites au-delà de 45°C pour la plupart, 70°C pour certaines très résistantes) les enzymes des fruits et légumes nous permettent précisément de les digérer. Car si l’organisme fabrique lui-même de nombreuses enzymes digestives (la protéase pour digérer les protéines, la lipase pour digérer les graisses, l’amylase pour digérer les sucres, etc.), il est toujours friand des enzymes présentes dans les aliments : c’est toujours cela de moins à produire soi-même ! Selon les spécialistes, les enzymes végétales sont plus « intéressantes » que celles d’origine animale car, à l’aise dans tous milieux et Ph, elle supportent généralement mieux l’acidité de l’estomac, qui ne fait que les désactiver temporairement : la plupart d’entre elles parviennent à se réactiver dans le petit intestin, poursuivant là encore leur travail de digestion. Malheureusement, si l’on ne mange jamais de crudités, on est sûr de ne pas fournir son « quota » d’enzymes alimentaires à l’organisme. Résultats : troubles digestifs variés, taux de cholestérol qui grimpe, problèmes métaboliques (gestion plus difficile de la glycémie par exemple), et même mauvaise haleine, due à une digestion ralentie.

Les aliments detox les plus riches en enzymes

  • Fruits et légumes crus
  • Jus de fruits et de légumes crus fraîchement pressés
  • Germes de céréales, graines germées
  • Graines (anis, fenugrec…)
  • Noix, noisettes
  • Gingembre
  • Graine de soja fermentée
  • Ananas
  • Papaye
  • Avocat
  • Banane
  • Mangue
  • Aliment lactofermentés (choucroute crue…)
  • Herbe aromatique

 

La chlorophylle : le sang vert detox

 

Les plantes ont ceci de fascinant : elles restent là, sans bouger, sans rien faire, apparemment paresseuses et indolentes. Et pourtant elles se nourrissent, au prix de trésor d’ingéniosité et, sans doute, d’énergie, pour réaliser cet exploit dont nous sommes bien incapables : transformer la lumière en sucre, donc en nourriture. Cela grâce à la chlorophylle. Le mot « chlorophylle » vient du grec chloros « vert pâle » et phyllon « feuille ». Ce sang vert qui circule dans ses feuilles, la plante s’en sert pour se nourrir (photosynthèse), mais aussi contre les moisissures.

Sa structure ressemble au sang humain, c’est pourquoi on la surnomme souvent « le sang vert ». Différence majeure : l’atome central du sang est le fer, celui de la chlorophylle, le magnésium. Si le sol manque de magnésium, le végétal ne sera pas très vert (déficit de magnésium = déficit de chlorophylle), comme anémié ! tous les végétaux renferment de la chlorophylle, mais certains beaucoup plus que d’autres. Sans elle, nous ne serions pas là : la Terre doit son équilibre gazeux à la chlorophylle. Cette dernière a ceci de magique : elle capte l’énergie solaire pour la transformer en énergie vitale. Un bien infiniment précieux, le plus précieux de tous !

Le grand ménage

Purifiante, detoxifiante, alcanisantes, antioxydante, la chlorophylle est une perfusion de sang vert et neuf, censé nous fournir toute la vitalité de la plante. Elle booste la circulation sanguine, dilate nos vaisseaux sanguins. C’est également une grande amie de la flore intestinale, s’opposant aux ballonnements et autres mycoses, candidoses. Elle lutte avec brio contre la prolifération bactérienne ou encore les mauvaises odeurs corporelles (pour une meilleure haleine, on mâche du persil ; pour des aisselles fraîches, on consomme plus de légumes verts, etc.).

En favorisant notre grand ménage intérieur, elle nous rend une belle vitalité, un teint frais, soulage constipation, inflammations diverses et douleur d’arthrite. De récentes études montrent qu’elle possède même un léger effet immunitaire et pourrait participer à la prévention anticancer en empêchant l’absorption de molécules cancérigènes au niveau intestinal. D’un point de vue plus énergétique et naturopathique, le vert influence favorablement la vésicule biliaire et le foie, deux organes hautement impliqués dans la digestion, mais aux multiples répercussions sur l’ensemble du corps. N’oublions pas que le foie est la plus grande manufacture métabolique du corps : quand il patine, c’est tout l’organisme qui trinque ! les spécialistes recommandent de consommer au moins une fois par jour une portion de légume vert cru (riche en chlorophylle) et d’alterner dans la semaine.

Les végétaux detox les plus riches en chlorophylle

  • Epinard
  • Pissenlit
  • Mathé
  • Avocat
  • Asperge verte
  • Artichaut
  • Brocoli et autres choux verts
  • Cresson
  • Plantes aromatiques (ciboulette, menthe, romarin, thym, ortie, basilic, persil…)
  • Kiwi
  • Thé vert

Remarque : la chlorophylle est la fragile et instable, elle disparaît vite, notamment à l’aise et à la cuisson. Sa cousine, la chlorophylline, est plus « costaud », et elle possède des propriétés déodorantes (à prendre par voie interne) et potentiellement anticancer étonnantes.

L’eau : la douche

 

En dehors de l’eau de boisson, nous consommons sans le savoir énormément d’eau via les aliments. L’eau n’est pas qu’un simple liquide qui nous traverse. Elle joue un nombre incroyable de rôles. Indispensable à toutes les opérations biologiques et chimiques qui se déroulent à chaque seconde dans notre organisme, elle rend possibles les échanges cellulaires, « huile » les articulations, hydrate la peau, amortit les chocs, transporte les nutriments et élimine les déchets, soutient les structures (os, peau…).

C’est aussi un climatiseur intégré. La sueur est une invention géniale : grâce à son évaporation, notre température interne s’abaisse ; pour parvenir à ce résultat, il faut de l’énergie, laquelle vient du corps, qui en a trop puisqu’il a chaud. Imparable !

Bien sûr, il faut remplacer toute cette eau qui part en fumée, sous peine de se déshydrater. Et cela peut aller très vite… Par ailleurs, le cerveau est constitué à 85% d’eau. Dès que le niveau baisse ne serait-ce qu’un petit peu, ma production d’énergie mentale chute également, provoquant maux de tête, troubles de la concentration et de la mémoire à court terme. Même la capacité à calculer et la rapidité des réflexes psychomoteurs peuvent être diminuées. A long terme, la déshydratation fait d’autres ravage puisque, selon l’American journal of Epidemiology, elle augmente les risques de maladies du cœur. Par ailleurs, l’eau participe à la prévention des calculs rénaux, de divers cancers (sein, vessie, prostate, rein) et autres maladies chroniques, principalement par son action drainante et detoxifiante : elle empêche les polluants de stagner dans les organes (vessie notamment).

Les végétaux detox les plus riche en eau

  • 96% d’eau dans un concombre
  • 95% d’eau dans une salade verte
  • 94% d’eau dans une tomate
  • 92% d’eau dans les épinards
  • 90% d’eau dans les brocolis, les champignons et les carottes
  • 80 à 90% d’eau dans les fruits (jusqu’à 92% pour la pastèque)

 

Mince et belle (beau) grâce aux végétaux riches en eau

On le sait : l’eau n’a jamais fait mincir personne. En revanche, manquer d’eau participe à la prise de poids car le précieux liquide est nécessaire au processus de combustion des graisses, au maintien du tonus musculaire et pour ne pas ressentir la fatigue liée aux régimes. Par ailleurs, en cas de déshydratation, le corps prélève l’eau dans la peau qui en renferme 71%, provoquant desséchement et rides. Voilà qui explique pourquoi la déshydratation est faible mais chronique chez nombre d’entre nous : mangez plus d’eau, mangez plus de végétaux, buvez des infusions !

L'article n'est pas encore fini mais je vous invite dès maintenant à recevoir notre guide "10 aliments brûle-graisses" gratuitement

Le glutathion : le videur qui ne plaisante pas (et qui nous sauve la vie chaque jour)

 

C’est notre principal acteur detox et, au passage, notre plus fidèle antioxydant. Transporteur, nettoyeur, détoxiqueur, comment le glutathion nous sauve la vie chaque jour ? c’est simple : au cœur de chacune des cellules de notre corps, il attend patiemment les tox pour les prendre par la main et les emmener, sans ménagement et sans leur demander leur avis, vers la sortie. Voici comment les choses se déroulent :

  1. Une molécule tox entre dans la cellule X
  2. Elle est traitée par le cytrochrome
  3. Elle est approchée par le glutathion : notre transporteur expert constitué de 3 acides aminés = glucysgly. Ce glutathion accroche donc X, comme s’il le prenait par la main et il l’emmène jusqu’à la porte de sortie, puis retourne chercher d’autres molécules à prendre par la main. C’est précisément le soufre de la cystéine qui accroche X. l’organisme a donc besoin de beaucoup de soufre (poireau, oignon) pour sa detox.
  4. Par l’atome d’hydrogène fixé sur son soufre, il se passe une solubilisation de X qui va désormais pouvoir traverser la membrane par un système de pompe, et le voilà exporté – il s’appelle désormais GS-X. Et la molécule toxique dégage, encore agrippé à la molécule soufrée (qui de fait dégage aussi, il faut donc la remplacer)

Du glutathion à la cystéine

Le glutathion transporte ainsi plein de choses possibles et imaginables. Plus dans le détail encore, rappelez-vous que l’organisme possède des moyens d’économie extraordinaires : il recycle au maximum, jette le moins possible, récupère, reconstruit. Ainsi, voici comment les choses se passent. La cellule s’organise autour du noyau. La solubilisation rend possible l’attache de la molécule tox que l’organisme veut éliminer, et cela se fait par le soufre (ciboulette, wasabi, moutarde, ail, oignon, poireau…). Le glutathion, facteur connu et commun de la détoxication, dans un souci d’économie, est réintégré dans l’organisme une fois sa tâche réalisée… mais en revanche Cys (avec accroché X) va être éliminé. Ce qui veut dire que pour toute molécule toxique éliminée, il y a une molécule de cystéine aussi éliminée, il faut donc en fournir de grandes quantités au corps pour qu’il mène à bien sa detox.

Une histoire folle de gaspillage énergétique

Quand l’organisme n’a pas assez de soufre (et de cystéine) pour se détoxiquer, il vient se servir là où nous avons un petit stock, c’est-à-dire dans les cheveux, les ongles, la peau. C’est pourquoi lorsque nous sommes fatigués, malades, souvent on a une peau terne, des ongles qui cassent et des cheveux qui tombent par poignées. Car tout ça, c’est de la cystéine. Donc si le corps n’en trouve pas assez dans l’assiette, il va le chercher, là où il l’a mis !

Mais, bien sûr, cette opération de démantèlement de nos cheveux et ongles n’est pas « gratuite ». Rien n’est gratuit d’ailleurs… Ces réactions internes ont donc un coût chimique et énergétique, qui vient rajouter à la fatigue de la maladie que nous subissons déjà. Cette sur-fatigue signe un travail laborieux : on s’épuise à faire un boulot que l’on aurait pu s’épargner si on avait avalé plus de chou, de radis ou de railfort ! Et le pire, c’est que derrière il faudra encore reconstruire tout cela (cheveux, ongles…) avec un nouveau coût énergétique ! Tout cela juste parce que l’on n’avait pas consommé les bons aliments detox au bon moment !

Mangez des radis, de la ciboulette et du brocoli pour rester en forme et beau !

Plus largement, sans aliments détox, nous nous autoconsommons, car nous sommes obligés de récupérer des pièces déjà mises en place ailleurs pour faire ce travail de detox, plus important que tout. Les experts parlent ainsi de gaspillage énergétique phénoménal : nous détruisons et reconstruisons alors qu’il aurait suffi d’avoir les bons outils dans son assiette. Bilan : une fatigue, quasi permanente, dont se plaignent tellement de gens. (voir notre article sur la detox)

Le glutathion est qualifié de « super-antioxydant » car, en plus de ses propriétés antioxydantes, il recycle les autres antioxydants (comme les vitamines E ou C). Profondément detoxifiant, il stimule l’immunité et, en cas de traitement anticancer, aide les cellules à mieux supporter la chimiothérapie/radiothérapie. Le glutathion préserve également l’intégrité de nos gènes, nous maintenant le plus longtemps possible en bonne santé.

Les végétaux detox les plus riches en glutathion

  • Asperge
  • Avocat
  • Pomme de terre (bouillie, avec la peau)
  • Epinard cru
  • Fraise

 

Les polyphénols : les antioxydants detox

 

Ce sont les antioxydants les plus abondants : nous en consommons environ 1 gramme par jour par le biais des aliments. Il en existe des milliers. On les trouve exclusivement dans les végétaux et leurs produits dérivés (type chocolat, issu du cacao).

Les aliments detox les plus riches en polyphénols (teneur totale)

  • Chocolat noir, cacao
  • Thé
  • Vin rouge
  • Petits fruits rouges et noirs (baies)
  • Fruits exotiques
  • Agrumes (citron, orange, pamplemousse…)
  • Oignon
  • Brocoli
  • Chou de Bruxelles
  • Cresson
  • Navet
  • Cannelle

Les acides organiques : antiseptiques et conservateurs naturels

 

Tous les fruits et la plupart des légumes renferment naturellement des acides, particulièrement intéressants dans un processus de detox mais aussi de santé. Certains, comme les agrumes, sont même les champions. Mais le miel ou le soja apportent également des acides, bien que ce soit moins leur « spécialité ».

Les acides principaux fournis par les fruits sont l’acide tartrique, l’acide malique, l’acide citrique et l’acide oxalique. Mais il y a aussi l’acide lactique, l’acide acétique… A chacun sa fonction, même si l’une d’entre elle est, de toute façon, de préserver l’aliment des microbes. C’est en partie grâce à cette acidité que le miel ne moisit pas ou que les bactéries ne peuvent se développer en présence de jus de citron par exemple. C’est pourquoi, traditionnellement, il est d’usage de faire des « cures de fruits » pour assainir le tube digestif et lutter contre les fermentations, la constipation.

L’acide tartrique

 

Il s’occupe de tous les problèmes liés à l’hyperacidité, des troubles digestifs aux maux de gorge. Légèrement diurétique et laxatif, il active la salivation et l’élimination en général. Il a le goût des bonbons acidulés.

Les végétaux detox les plus riches en acide tartrique

  • Ananas
  • Raisin

 

L’acide malique

 

C’est un conservateur naturel. Il lutte contre les germes. Il a le goût d’une pomme trop jeune.

Les végétaux les plus riches en acide malique

  • Abricot
  • Ananas
  • Baies et fruits rouges
  • Cerise
  • Coing
  • Pêche
  • Pomme

L’acide citrique

 

Il détruit les bactéries et les champignons microscopiques. Par ailleurs, c’est un remarquable fluidifiant sanguin. Il a le goût d’un jus de citron pur.

Les végétaux detox les plus riche en acide citrique

  • Baies et fruits rouges
  • Cerise
  • Citron
  • Citron vert
  • Clémentine
  • Kumquat
  • Orange
  • Pamplemousse

L’homme, un gros citron ?

Le champion de l’acide citrique, c’est le citron. Il en renferme une grande quantité. Mais l’homme aussi ! En effet, cet acide se forme dans notre corps au cours du métabolisme. Nous en produisons ainsi près de 2 kg par jour, heureusement immédiatement éliminés par notre staff detox. Pour cette raison, le « cycle de Krebs », destiné à produire notre énergie, est aussi appelé « cycle de l’acide citrique ».

L’acide oxalique

 

Il est anticonstipation et stimule les foies paresseux. Il a une saveur très acide.

Les végétaux detox les plus riches en acide oxalique

  • Epinard
  • Oseille
  • Prune
  • Rhubarbe
  • Tomate

 

L’acide succinique

 

Produit par une levure, il apporte surtout du goût. Il a le goût de l’umami (la 5ème saveur asiatique), entre salé, amer et acide.

Les végétaux les plus riches en acide succinique

  • Laitue
  • Sureau
  • Haricot vert

 

L’acide lactique

 

Produit par des bactéries au cours de la fermentation du lait (yaourt), il est aussi présent en minuscule quantité dans la plupart des végétaux. Et se développe au cours de la fermentation de la choucroute, ainsi que d’autres aliments lactofermentés. Son goût est doux, légèrement acidulée.

Les végétaux detox les plus riche en acide lactique

  • Produits lactofermentés (choucroute, cornichon…)

 

L’acide acétique

 

Il est antiseptique. Il posséderait des propriétés anti-hypertension artérielle en diminuant la pression sanguine ainsi que l’activité de la rénine, une enzyme en cause dans l’hypertension. Il a un goût piquant, brûlant.

Les produits végétaux detox les plus riches en acide acétique

  • Vinaigres

Voilà, vous savez tout !

Source : Ma bible de l’alimentation detox –  Anne DUFOUR, Catherine DUPIN

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article?
Recevez notre guide gratuit
Guide 10 aliments "brûle-graisses"