Non classé

Insuline et prise de poids : quel lien ?

Depuis toujours, la prise de poids est attribuée à tout et n’importe quoi. Sur le banc des accusés : le sucre, le gras, le pain, les féculents, les fruits, etc. Ces accusations sont plus ou moins fondées scientifiquement. Évidemment, tout n’est pas à jeter et il suffit parfois de mieux comprendre les processus physiologiques de la prise de poids pour y voir beaucoup plus clair. Aujourd’hui, on s’intéresse au lien existant entre insuline et prise de poids. Vous allez voir que cette hormone à priori sans histoire n’est pas si inoffensive qu’elle en a l’air ! Elle pourrait même être la responsable n°1 de la prise de poids.

 

Qu’est-ce que l’insuline ? Quels sont ses mécanismes d’action ?

 

L’insuline est une hormone hypoglycémiante fabriquée par les cellules bêta des îlots de Langherans, dans le pancréas. Pour bien comprendre le rôle de l’insuline, visualisons ensemble ce qu’il se passe juste après un repas. Une fois votre repas avalé, il est prêt à être digéré pour fournir de l’énergie à votre organisme. Pour cela, les nutriments contenus dans les aliments sont divisés pour être pris en charge :

 

  • Les protéines vont être dégradées en acides aminés
  • Les lipides seront décomposés en acides gras
  • Les glucides vont être découpés et divisés en molécules de glucose

 

Le glucose issu de la digestion va passer la barrière intestinale pour se retrouver dans notre sang. Suite au repas, il y a donc une élévation du taux de glucose dans le sang, on parle d’élévation de la glycémie. A jeun, la glycémie doit se trouver autour d’1g par litre. Le but de l’organisme après un repas est donc de retourner à cette valeur physiologique le plus rapidement possible.

 

C’est ici qu’entre en scène l’insuline. En effet, l’élévation de la glycémie sanguine entraîne la sécrétion d’insuline par le pancréas. Pour cause, l’insuline a pour rôle de prendre en charge le glucose dans le sang pour l’apporter aux cellules en vue de son utilisation. C’est la seule hormone de l’organisme a avoir la clé pour faire entrer le glucose dans la cellule. Si tout va bien, le glucose est alors utilisé pour fournir de l’énergie ou stocké dans le foie ou les muscles sous forme de glycogène. Mais ça, c’est seulement si tout va bien et sous réserve d’avoir consommé précisément ce dont le corps a besoin.

 

Comment l’insuline fait-elle grossir ?

 

insuline-pic

 

Nous venons de voir ce qu’il se passe lorsque la sécrétion d’insuline est juste proportionnelle à la glycémie, chez l’adulte bien portant. Voyons maintenant les choses d’un point de vue plus réaliste. L’alimentation moderne regorge de produits raffinés et de sucres dissimulés un peu partout, elle contient aussi bien moins de fibres alimentaires qu’auparavant. En conséquence, notre pancréas est sollicité en permanence pour produire toujours plus d’insuline. C’est ce que l’on appelle l’hyperinsulinisme.  Mais notre organisme, lui, est tout de même de plus en plus sucré. Une fois que les stocks dans le foie et dans le muscle sont saturés (ce qui arrive assez vite), il faut bien prendre en charge le glucose qui circule dans le sang. Il faut trouver d’autres réserves. C’est à ce moment là qu’insuline et prise de poids se rejoignent.

En effet, l’insuline permet certes la prise en charge du glucose, mais pas que. Pendant qu’elle y est, elle va en profiter pour agir sur le métabolisme des graisses.

 

L’insuline a trois principales actions sur le métabolisme des lipides :

 

  • Elle stimule la lipogenèse, c’est à dire le stockage des acides gras en graisses de réserve. En stimulant la lipoprotéine-lipase, enzyme responsable de la formation et du stockage de triglycérides, l’insuline participe à l’augmentation du volume des cellules graisseuses.
  • L’insuline inhibe la triglycéride-lipase, responsable de la lipolyse. C’est à dire qu’en plus de stocker la graisse, nous avons plus de mal à activer son déstockage.
  • La lipoprotéine-lipase ainsi stimulée, permet aussi de synthétiser les triglycérides à partir de glucose et d’acides gras.

 

En résumé, l’insuline augmente le stockage des graisses, la formation de graisses à partir du glucose et le volume des cellules graisseuses. Ajoutons, qu’elle empêche aussi les graisses d’être « brûlées » correctement. Le voilà le lien entre insuline et prise de poids. Consommation de graisses ne rime pas forcément avec prise de masse grasse. Il faut donc d’avantage aller chercher du côté des aliments qui augmentent la sécrétion d’insuline et ne pas faire la chasse qu’aux aliments gras.

 

Quand l’hyperinsulinisme devient dangereux pour la santé

 

Nous l’avons vu précédemment, notre organisme devient de plus en plus chargé en sucre et s’y habitue, il baisse donc sa sensibilité. Et c’est le début du cercle vicieux : la glycémie reste anormalement élevée parce que le glucose tarde à être délocalisé. L’organisme ordonne alors au pancréas de sécréter un peu plus d’insuline, ce qui aggrave l’hyperinsulinisme. Mais la glycémie, elle, reste quand même trop élevée et l’insuline ne remplie plus son rôle. Le pancréas est épuisé ! Peu à peu l’hyperinsulinisme devient insulino résistance et la porte s’ouvre à tous les problèmes de santé.

 

Pour simplifier les choses, voici ce que peut entraîner l’hyperinsulinisme à long terme :

 

  • Insulino résistance et diabète de type 2
  • Surpoids et obésité
  • Hypertriglycéridémie avec risque accru d’accidents cardiovasculaires
  • Syndrome métabolique
  • Etc.

 

On ne sait jamais réellement ce qui survient en premier, on sait cependant qu’une fois pris dans l’engrenage il est difficile de faire machine arrière et que ces problèmes de santé vont en général les uns avec les autres. D’autant qu’à l’heure actuelle, nous sommes de plus en plus nombreux à développer une résistance à l’insuline. On parle même, pour la première fois de l’Histoire, d’épidémie de diabète de type 2 chez les enfants de moins de 12 ans.

 

Insuline et prise de poids : l’intérêt de l’index glycémique

 

insuline-pic

 

L’index glycémique ou IG, est une notion très à la mode depuis quelques années. Derrière cette tendance, se cache une vraie solution pour réduire la sécrétion d’insuline induite par l’alimentation. L’IG est un critère de classement des aliments contenant des glucides, basé sur leurs effets sur la glycémie sanguine après ingestion. Pour résumer, cet indice classe les aliments selon la sécrétion d’insuline qu’ils vont entraîner en vue de leur digestion.

 

Classement des aliments en fonction de leur IG :

 

  • IG faible, inférieur à 35 : ce sont les aliments à favoriser pour diminuer la sécrétion d’insuline. On retrouve dans cette catégorie les viandes, la plupart des fruits et légumes, les oléagineux, les grains entiers, etc.
  • Index glycémique moyen, entre 35 et 50 : ces aliments sont à consommer avec modération. Ce sont les céréales complètes, les fruits secs, les pommes de terre, etc.
  • Index glycémique élevé, supérieur à 50 : on recommande de limiter ces aliments au maximum. On y retrouve les féculents raffinés, le pain blanc, les biscuits et sucreries, etc.

 

insuline-pic

 

Attention, selon les sources il existe d’autres classifications plus ou moins restrictives.

Vous pouvez le constater, avoir une alimentation qui tend à réduire la sécrétion d’insuline c’est avoir une alimentation la plus proche de la nature possible. En favorisant les aliments bruts et non transformés par l’industrie, il est facile d’éviter l’hyperinsulinisme à long terme.

 

Pour une alimentation à index glycémique bas, voici quelques conseils :

 

  • Cuisinez au maximum et éviter les produits industriels
  • Consommez des fruits et légumes à chaque repas
  • Intégrez une source de protéine animale à vos repas
  • En collation, pensez aux oléagineux
  • Privilégiez les aliments crus ou cuits doucement
  • Évitez de trop travailler les végétaux : les légumes râpés ou en purée ont un IG supérieur

 

En conclusion, il est important de connaître le lien existant entre insuline et prise de poids pour pouvoir se préserver et éviter l’hyperinsulinisme. L’insuline est une hormone indispensable, cependant en excès elle favorise la prise de poids sous forme de masse grasse néfaste à la santé. Pire, elle a un rôle redoutable sur la survenue de nombreuses maladies. L’index glycémique semble être une piste intéressante pour contrôler la sécrétion d’insuline, s’il est utilisé à bon escient. Retenez simplement qu’une alimentation naturelle à base de produits bruts permet de diminuer la sécrétion d’insuline sans même y penser !

 

 

 

 

 

 

Vous aimeriez également
sushis-pic
Manger des sushis : est-ce vraiment bon pour la ligne ?
sucre-photo
L’addiction au sucre : tous condamnés ?

Laissez un commentaire

Votre Commentaire*

Votre Nom*
Votre Site

7 Jus Detox Pour Perdre du Poids et S'Affiner

You have Successfully Subscribed!