Non classé

Jeûne intermittent : Info ou intox ?

jeu_ne-intermittent-re_gime jeûne

Jeûne intermittent : Info ou intox ?

 

jeûne-photo

 

Impossible de parler nutrition sans aborder le sujet du jeûne ! Rédhibitoire pour certains, miraculeux pour d’autres, le jeûne fait beaucoup parler de lui depuis quelques années. Pourtant, nous verrons dans cet article que nous n’avons rien inventé, c’est en fait une pratique ancestrale utilisée à travers le monde, et depuis toujours, pour ses nombreuses vertus. Aujourd’hui, nous parlerons plus précisément du jeûne intermittent qui a remis le jeûne au goût du jour en le rendant accessible à tous.

 

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ? Comment le pratiquer ? Quels sont ses bienfaits ? La réponse dans cet article !

 

Le jeûne intermittent, c’est quoi exactement ?

 

jeûne-photo

 

Le jeûne intermittent est une manière de s’alimenter en alternant phases de jeûne et phases de prises alimentaires. Il est beaucoup plus accessible que le jeûne strict et permet au plus grand nombre de profiter des bienfaits du jeûne, sans privation et avec beaucoup moins de contraintes. Bien que beaucoup l’utilisent pour garder la ligne, le jeûne intermittent n’a rien d’un régime puisqu’il ne catégorise pas les aliments. Tout est permis, il suffit de respecter les horaires. A ce propos, il existe plusieurs manières de pratiquer le jeûne intermittent, les plus connues sont :

 

La méthode 16/8 ou Fasting :  consiste à jeûner pendant 16h, puis à prendre les repas pendant une période de 8h. Bien que cela puisse paraître barbare, en fait il n’en est rien ! Sans y prêter attention, nous jeûnons en moyenne 10h chaque nuit. La méthode 16/8 consiste simplement à ne faire que deux repas au lieu des trois auxquels nous sommes habitués (conditionnés ?). Par exemple, le premier repas de la journée se fait le midi et le dîner a lieu avant 20h. Entre temps, rien n’empêche d’inclure une collation si besoin.

 

Le 5 : 2 ou jeûne partiel : consiste à ne consommer que 500 kcal, 2 jours par semaine. Il n’y a, à proprement parlé, pas de période de jeûne mais une réduction calorique de près de 75%. Les 5 autres jours de la semaine, l’alimentation reste tout à fait classique.

 

Eat Stop Eat : cette méthode alterne jours de jeûne et journée d’alimentation normale.

 

Quelle que soit la méthode choisie, le but est de nettoyer l’organisme et de mettre les organes au repos sur une période de temps plus ou moins importante.

 

Jeûne intermittent et régime paléo font ils bon ménage ?

 

Nos ancêtres n’avaient pas accès à la nourriture comme c’est le cas pour nous aujourd’hui. Ils se nourrissaient en fonction des saisons et en alternant entre périodes de pénurie et périodes de grande disponibilité des aliments (Cliquez ici pour en savoir plus sur le régime ancestral). En se levant le matin, ils n’avaient bien évidemment pas de petit-déjeuner à disposition pour satisfaire leur besoin de nourriture. Ils n’avaient en fait pas besoin de nourriture au saut du lit. Et peut être même que nous n’en avons pas besoin non plus. Il leur fallait courir, chasser et attendre quelques heures pour pouvoir espérer déguster un bon repas. Et c’est ainsi que le rythme circadien de l’Homme a été programmé pour alterner période de jeûne et période de prise alimentaire.

 

De plus, le petit déjeuner est une pure invention de l’industrie du « tout préparé » pour coller un peu plus à notre rythme métro-boulot-dodo, et nous proposer du fait sur mesure au saut du lit. Nous sommes tous beaucoup trop pressés pour nous interroger sur le bien fondé de nos habitudes alimentaires, de toute façon. Le dé- jeûner, comme son nom l’indique, devrait être le premier repas de la journée. Celui qui rompt le jeûne nocturne, aux alentours de midi.

jeûne-photo

 

Alors bien sûr, un petit déjeuner équilibré n’a jamais tué personne, mais le fait de s’en passer de temps en temps non plus ! Le jeûne intermittent est donc tout à fait en cohérence avec l’alimentation paléo. Comme nous l’avons vu dans un article précédent (lien à venir), le petit déjeuner est un repas à part entière dans une journée paléo. Il est composé comme les autres repas (de préférence salé) et est pris idéalement tard dans la matinée.

 

Jeûne intermittent et perte de poids : que faut-il savoir ?

jeûne-photo

 

Le jeûne intermittent est souvent pratiqué dans le but d’obtenir une perte de poids, et ça fonctionne plutôt bien ! En effet, jeûner permet de perdre naturellement de la masse grasse et donc de perdre du poids durablement.

 

Ces résultats s’expliquent par différents mécanismes mis en place par l’organisme en période de jeûne.

 

En premier lieu, la production d’insuline va fortement diminuer. L’organisme arrête d’être alimenté en permanence, le pancréas n’a donc plus besoin de sécréter l’insuline en continu. Nous l’avions vu dans un article précédent (lien à venir), l’insuline sécrétée en excès joue un rôle dans le stockage des graisses et dans l’augmentation en volume des cellules du tissu adipeux. Le jeûne intermittent nous donne donc un sacré coup de pouce pour déstocker la masse grasse et fondre naturellement.

 

L’exercice du jeûne permet aussi d’éduquer le corps et l’esprit à un meilleur contrôle des sensations alimentaires. Habitués à surconsommer des aliments dont nous n’avons pas besoin, nous ne prenons plus le temps d’écouter ce que notre corps nous réclame. Jeûner c’est aussi réapprendre à manger moins et à s’en satisfaire.

 

Enfin, le jeûne intermittent amorce un nettoyage de l’organisme en profondeur. Les organes encrassés vont ainsi éliminer plus de toxines et le système digestif, se purifier. Qui dit organes nettoyés, dit aussi métabolisme plus performant. Le jeûne intermittent est un excellent moyen de repartir sur de bonnes bases et de faire un grand nettoyage pour perdre du poids plus rapidement par la suite.

 

Quels sont les autres bienfaits du jeûne intermittent sur la santé ?

 

jeûne-photo

 

Les bienfaits du jeûne intermittent ne se limitent pas à la perte de poids, loin de là ! En appuyant sur le bouton « pause » c’est à l’organisme tout entier que vous faites profiter des vertus immenses du jeûne. En effet, jeûner permet aussi de :

 

  • Stimuler la synthèse de croissance, augmenter la synthèse de protéines et enclencher la fonte des graisses.

 

  • Améliorer la performance physique et réduire le temps de récupération

 

  • Régénérer les cellules de l’organisme et empêcher la prolifération cellulaire. Dans le même temps, le jeûne favorise l’autophagie, c’est à dire le nettoyage des cellules par l’organisme lui même. C’est pourquoi, il est de plus en plus utilisé dans le traitement de certaines maladies comme le cancer.

 

  • Le jeûne permettrait aussi au corps de produire et d’emmagasiner moins de radicaux libres. De ce fait, il induirait une diminution du stress oxydatif, de l’inflammation et du vieillissement cellulaire.

 

  • De nombreuses recherches ont mis en évidence l’efficacité du jeûne pour diminuer le risque de maladies cardiovasculaires.

 

  • Améliorer l’état de la peau, constater un regain d’énergie et une meilleure capacité de concentration, etc.

 

Et la liste est longue ! 

 

Les erreurs à éviter pour un jeûne réussi

jeûne-photo

 

 

Pour pouvoir profiter de tous les bienfaits du jeûne intermittent encore faut-il le pratiquer correctement. Certaines erreurs courantes peuvent ruiner tous vos efforts, en voici quelques unes :

 

  • Faire de petits écarts réguliers en se disant qu’un verre de jus de fruit le matin ça ne compte pas vraiment, par exemple. En faisant cela, vous réintroduisez dans l’organisme une dose de sucre qui va relancer toute la machine (pancréas, production d’insuline, digestion, etc.). Vous ne pourrez donc pas ressentir les bénéfices du jeûne, pour cette fois !
  • Ne pas boire suffisamment d’eau : les toxines s’éliminent en grande partie en buvant une quantité d’eau adéquate. Les périodes de jeûne doivent être l’occasion de faire d’autant plus attention à son niveau d’hydratation. De plus, boire de l’eau permet de remplir l’estomac et d’atténuer la sensation de faim qui peut être désagréable au début.
  • Compenser pendant la phase de prise alimentaire : cette erreur arrive souvent lorsque vous vous sentez complètement frustré par le fait de ne pas manger quand vous voulez. Vous aurez alors tendance à manger n’importe quoi et en grande quantité pendant les périodes de prises alimentaires. D’une part vous aurez du mal à perdre du poids et d’autre part votre organisme ne pourra pas profiter pleinement des bienfaits du jeûne.
  • Vouloir faire trop, trop vite : jeûner est un exercice compliqué. Ce n’est pas en étant dans l’extrême que vous parviendrez à l’apprécier sur le long terme. Lorsque l’on constate des résultats, on a tendance à vouloir toujours repousser les limites. Avec le jeûne, il est pourtant essentiel d’y aller lentement et progressivement. On n’arrête pas de manger 5 jours d’affilée en un claquement de doigt !

 

En conclusion, le jeûne intermittent est une pratique ancestrale revenue à la mode et plébiscité pour ses nombreuses vertus ! Les mécanismes qui se mettent en place en période de jeûne entraînent perte de poids et régénération cellulaire. Il y a, en fait, une infinité de bonnes raisons de mettre l’organisme sur pause de temps en temps ! Attention cependant, pour être intéressant le jeûne doit être pratiqué correctement, en respectant certaines règles de base. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de santé si vous souhaitez pratiquer le jeûne intermittent pour la première fois.

Vous aimeriez également
Régime paléolithique : Qu’est ce que le paléo ?
nutella-danger-photo
Les dangers du Nutella sur la santé

Laissez un commentaire

Votre Commentaire*

Votre Nom*
Votre Site