Forme

Pour être en bonne santé, dormez bien

Pour rester en bonne santé, il est primordial de bien dormir. Pour optimiser votre bien-être et vos performances du lendemain il est important d’avoir passé une bonne nuit. Le sommeil nous apporte le repos nécessaire pour se concentrer plus facilement et emmagasiner de nouvelles connaissances.

Aujourd’hui, on en sait plus sur le rôle primordial du sommeil pour la santé à long terme. Dormir suffisamment peut protéger de nombreuses maladies.

Que se passe-t-il durant le sommeil ?

 

Le sommeil est notre principale source de récupération et offre au corps la possibilité de se « régénérer » après une journée fatigante.

Chaque jour nous dépensons de grandes quantités d’énergie, il en résulte une « usure » du corps…

Durant le sommeil s’effectuent une reconstitution et une réparation qui dépendent en grande partie de la bonne qualité du sommeil.

Le pouls, la tension artérielle, la fréquence respiratoire et la température corporelle diminuent. Le niveau de stress redescend et le nombre de radicaux libres se réduit, ce qui a pour effet d’amoindrir aussi l’inflammation du corps. Dans le même temps, les défenses immunitaires se renforcent, ce qui diminue le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète, de dépression et de syndrome d’épuisement.

Un bon sommeil prolonge donc la vie et aide le corps à se préparer pour une nouvelle journée d’activité.

Combien de temps faut-il dormir ?

 

Pendant de nombreuses années, il était admis qu’environ 8 heures de sommeil était une bonne moyenne. Cependant, il y a un peu plus de 10 ans, une importante étude américaine a montré que le temps de sommeil idéal était plutôt de 7 heures.

Plus étonnant encore, cette étude a montré qu’il pouvait être aussi dangereux de trop dormir que de ne pas assez dormir. Elle estimait que le risque d’une mort prématurée était aussi grand pour ceux qui dormaient 8 heures ou plus que pour ceux qui dormaient 6 heures ou moins par nuit.

Une autre étude portant sur 70 000 femmes, suédoises cette fois-ci, a montré qu’aussi bien les petits dormeurs que les gros dormeurs étaient davantage exposés à une mort prématurée, en particulier en cas d’inactivité physique. Par contre, s’ils étaient actifs physiquement, les dormeurs « longue durée » ne présentaient pas une mortalité plus importante que les personnes qui dormaient 7 heures par nuit. En d’autres termes, les effets négatifs d’un sommeil prolongé se trouvaient annihilés par l’activité physique !

L’âge est un facteur important pour évaluer le besoin de sommeil. Ce besoin diminue progressivement au cours de la vie, il est le plus élevé chez les enfants et les jeunes. A 20 ans, on peut avoir besoin de 8 heures de sommeil ou plus, puis ce besoin décroît et à 60 ans on se contente de nuits de 6 heures aisément.

Faites la sieste !

 

Une étude portant sur 24 000 personnes a montré que celles qui faisaient régulièrement la sieste couraient près de 40 % de moins de risques d’être victimes de maladies cardio-vasculaires mortelles.

Il est donc bon de faire un petit somme en milieu de journée, simplement une vingtaine de minutes, pour ceux évidemment qui peuvent se le permettre.

Quelques conseils pour bien dormir

 

Établir une routine de sommeil

 

Il convient de de se façonner une routine stricte de sommeil. Essayez de vous coucher et de vous lever aux mêmes heures chaque jour. Il en résultera une consolidation de votre horloge biologique en fortifiant votre corps.

La lumière du jour

 

Prenez la lumière du jour, de préférence le matin ou en fin de matinée. La production de l’hormone du sommeil, la mélatonine, décroît alors et votre corps s’adapte à l’heure du jour et aux activités. Cela fortifie l’horloge biologique et fait que l’obscurité du soir produit de nouvelles hormones de sommeil.

L’exercice physique

 

Il libère des endorphines (je vous invite à lire mon article sur les endorphines ici) réductrices de stress, qui permettent de s’endormir le soir et d’améliorer la qualité du sommeil. Évitez toutefois de faire de l’exercice juste avant l’heure du coucher.

Rechercher le calme

 

Commencez la soirée bien avant d’aller au lit. Bannissez les ordinateurs et les téléphones. Essayez d’éliminer les sources de stress. Établissez une liste de choses à ne pas oublier pour le lendemain, il sera ainsi plus facile de faire le vide dans votre esprit. Privilégiez des activités apaisantes, telles que la lecture d’un bon livre. Appliquez-vous à vous détendre avant d’aller au lit. Faites de votre lit une « zone franche » hors travail.

Un bon environnement de sommeil

 

Aérez la chambre et couchez-vous dans un lit confortable, dans une chambre calme, fraîche et obscure. L’obscurité envoie au cerveau des signaux indiquant que c’est la nuit et stimule la production de l’hormone de sommeil, la mélatonine.

Attention à la caféine et à l’alcool

 

La caféine et l’alcool peuvent perturber le sommeil. La caféine se réduit de moitié dans le corps en 6 à 8 heures. Cela signifie que si vous buvez deux tasses de café dans l’après-midi, il vous reste le soir une dose de caféine correspondant à une tasse. Cela peut suffire pour gêner l’endormissement. En ce qui concerne l’alcool, s’il peut faciliter l’endormissement, il se révèle par la suite un redoutable perturbateur de sommeil. Quand l’organisme brûle l’alcool, il se crée une agitation dans le corps telle qu’on se réveille et se rendort alternativement et que la qualité du sommeil s’en trouve altérée.

Le ronflement : une sonnerie d’alarme

 

Environ 10 % des gens qui ronflent régulièrement connaissent aussi des moments d’apnée durant leur sommeil. Cela signifie une obstruction totale de la gorge pendant un bref moment.

L’apnée peut durer de quelques secondes à une minute.

Le ronflement, et surtout l’apnée, altèrent la qualité du sommeil, ce qui induit une moins bonne qualité de vie. On ressent une fatigue anormale dans la journée et la mémoire et la concentration s’en trouvent perturbées.

L’apnée du sommeil peut être liée à de maladies graves. La diminution de la teneur en oxygène du sang oblige le cœur à travailler plus, faisant ainsi accroître à la fois les hormones du stress et la tension artérielle. Sans traitement adéquat, ce trouble a un effet nocif qui à la longue peut entraîner nombre de pathologies graves, telles que maladies cardio-vasculaires, AVC, tension artérielle excessive, diabète et asthme. En outre, une personne souffrant d’apnée du sommeil court un risque 6 à 7 fois supérieur d’avoir, du fait de sa fatigue, un accident de voiture !

Source : Dr Bertil Marklund

Vous aimeriez également
regime-pic
Régimes amaigrissants : pourquoi ils ne fonctionnent pas ?
dormir-pic
Faut-il vraiment mieux dormir pour maigrir ?

Laissez un commentaire

Votre Commentaire*

Votre Nom*
Votre Site

7 Jus Detox Pour Perdre du Poids et S'Affiner

You have Successfully Subscribed!